Cannondale Fatty Gravel

Qui a dit que le Gravel c’était pour les mollets rasés ?!

Un projet qui date…

Cela fait bien 4 ans que le cadre était démonté, les pièces glissées dans un carton, attendant sagement que je retrousse mes manches et lui concède un p’tit budget. Parfait, un « peu » de temps pour laisser mûrir le projet !

Cannondale F700 2002

L’objectif, vous l’avez compris, est de réaliser un gravel à partir d’un « vieux » VTT. La gamme Cannondale « F » des années 2000 est une bonne base, suffit de jeter un œil sur le web pour découvrir de chouettes projets (gravel, mtb slick, …).

 

L’avantage est avant tout sa fameuse fourche Fatty intégrée dans douille de direction qui permet un petit débattement parfait pour le programme d’un Gravel (fourche à air tout de même!). La géométrie du cadre « Old School » semble être cohérente pour s’aventurer dans les chemins sans perdre le rythme sur la route. A l’époque, ce bike était dans le segment « All mountain » ! Comme quoi, il y a de l’évolution.

 

Brut…

Premier travail, « mettre à nu » le cadre afin de vérifier l’état des soudures, de l’alu… Et après un sablage, j’avoue que le laisser brut me semble une bonne alternative et un gain de temps/financier. Un bel effet qui ne m’empêche pas de le peindre à l’avenir si je me décide sur la couleur…

 

 

 

 

Le poste de pilotage

La potence a été difficile à trouver. Celle d’origine étant trop longue surtout pour monter un cintre typé « route ». A savoir, que la dimension est de 1,56’’… Mais merci internet !

Côté cintre, j’ai choisi l’exagération ! L’objectif étant de donné du caractère et de pouvoir retrouver des sensations issues du VTT avec une stabilité dans les mains. J’ai donc choisi une largeur (width) de 48cm, flare de 21°, il propose une forme assez angulaire que je trouve judicieux pour bien caler les mains.

 

 

 

 

 

Pour le ruban de cintre, j’ai choisi une couleur rétro…

 

La transmission, le casse-tête !

Le cadre est adapté à une transmission VTT. Sans vous donner trop de technique, il faut savoir que la largeur entre les manivelles diffère entre les pratiques route et VTT (c’est ce qu’on appelle le Q-Factor). C’est plus large en VTT qu’en route : un pédalier route plus étroit va donc poser problème, les manivelles vont toucher les bases sur le cadre. Ajoutons à cela, que les plateaux seront plus grands, ceux-ci vont donc venir également toucher…

Du coup, j’ai sorti des cartons un pédalier Race Face d’époque pour lui monter un seul plateau de 38 dents Narrow-Wide. Pour l’arrière, j’ai penché sur le moins cher : transmission Apex 11 vitesses en 10/42.

 

 

 

 

 

Bonne surprise sur la ligne de chaîne qui est très correct. Une petite correction est envisageable mais je n’ai pas encore eu de problèmes. A savoir que la gamme Apex n’est pas une référence dans la précision…

 

Les freins, pas d’abus…

Le programme du vélo ne sera pas d’envoyer du lourd donc je n’ai pas juger nécessaire de monter la note avec un système hydraulique. C’est donc des étriers mécaniques Shimano avec disques en 160mm. Un freinage largement suffisant avec un petit bémol : une reprise régulière sur la tension de câble et de la plaquette fixe pour un touché optimal.

 

 

 

 

 

Et les roues ?

J’avais eu l’occasion de monter des roues de route en 700mm, ça passais mais fin ! Du coup, j’ai récupérer mes anciennes roues de VTT en 27,5 (650mm) : Mavic Crossroc. J’ai ajouter des pneus Gravel Schwalbe G-One Allround 27.5 (650B) Tubetype Souple LiteSkin RaceGuard Dual Compound E-25 1.35… Pour faire simple, des pneus fins à chambre avec un peu de crampons et de solidité pour aller dans les chemins. Les jantes m’autorisent à passer en Tubeless, une possibilité si le prix des pneus spécifiques Gravel baissent ! 50 € le pneu pour de la pratique occasionnel, soyons sérieux !

 

Et ça donne quoi ?

Avec quelques pièces au fond des placards et un budget totalisant près de 400 € avec un poids de 11,5 Kg, le résultat est plutôt bon pour ressusciter un vélo. Sans les pièces d’avance, je ne suis pas sûr que cela est judicieux car nous pouvons trouver un Gravel dès 800 € en neuf.

Mais quelle joie de se retrouver sur un vélo de plus de 15 ans sortant de l’ordinaire ! Et il marche bien cet animal !

Une bonne alternative du VTT pour rouler sur la route sans rester coller et laisser un peu de liberté dans les chemins. Il passe partout, la transmission permet de tenir un rythme dans toutes les conditions. Mais c’est loin d’être une fusée sur la route et n’est pas un rail dans la caillasse …

il me rappelle l’époque où je débutait le VTT avec un bon vieux semi-rigide qui secouait dans les descentes… peut être pas rapide mais on se prend à jouer des exploits curieux : passer des pavasses de 10 cm de hauteur… Wouahou ! Je suis un malade !

 

En conclusion, le plaisir de construire une machine et de rouler tout simplement.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.